> GIPA (Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat 2021) pour les agents de la fonction publique hospitalière

La GIPA est la garantie individuelle du pouvoir d’achat pour les agents de la fonction publique.
Cette disposition a été mise en place en 2008 et permet aux agents de percevoir une indemnité financière brute si le traitement indiciaire brut de l’agent a évolué moins vite que l’inflation sur une période de 4 ans.

La garantie individuelle du pouvoir d’achat

La garantie individuelle du pouvoir d’achat résulte d’une comparaison établie entre l’évolution du traitement indiciaire brut (TIB) détenu par l’agent sur une période de référence de quatre ans et celle de l’indice des prix à la consommation (IPC hors tabac en moyenne annuelle) sur la même période.

Si le TIB effectivement perçu par l’agent au terme de la période a évolué moins vite que l’inflation, un montant indemnitaire brut équivalent à la perte de pouvoir d’achat ainsi constatée est versé à chaque agent concerné.

Cliquez sur le bouton ci-dessus pour récupérer le fichier Excel de calcul

Les agents concernés par la GIPA

La GIPA peut être versée à l’ensemble des agents titulaires ou non dans la fonction publique qui sont rémunérés sur un indice inférieur à 963.

Pour être éligibles à la garantie individuelle du pouvoir d’achat :

► les agents publics doivent avoir été rémunérés sur un emploi public pendant au moins trois ans sur la période de référence de quatre ans prise en considération

► les agents contractuels doivent avoir été employés de manière continue sur la période de référence de quatre ans prise en considération, par le même employeur public

► les fonctionnaires et les agents contractuels doivent, à chaque borne de la période de quatre ans prise en considération, être restés respectivement, fonctionnaires et agents contractuels.

Le calcul de la GIPA 2021

Pour la mise en œuvre de la GIPA en 2021, la période de référence est fixée du 31 décembre 2016 au 31 décembre 2020.

Les agents peuvent savoir s’ils bénéficient de la GIPA en procédant au calcul suivant :

GIPA 2021 = (IM au 31-12-2016 x TIB 2016 x 1,0378 ) – (IM au 31-12-2020 x TIB 2020 )

IM : Indice Majoré de l’agent
TIB – Traitement indiciaire Brut – en 2016 : 55,7302 €
TIB – Traitement indiciaire Brut – en 2020 : 56,2323 €
Taux de l’inflation : + 3,78 %

Ou en se servant du fichier Excel ci-dessus (ne pas oublier d’activer la modification quand vous avez ouvert le fichier)

Sont exclus de la détermination du montant de la garantie l’indemnité de résidence, le supplément familial de traitement, la nouvelle bonification indiciaire et toutes les autres primes et indemnités pouvant être servies aux agents.

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> NOUVELLES GRILLES – CATÉGORIE C

Le mépris de la Ministre envers les fonctionnaires AUGMENTATION DU COUT DE LA VIE ... BAISSE DU POUVOIR D’ACHAT ...

Après la trahison du SEGUR qui laisse des milliers d’agents sans aucune augmentation (700 000 sur 1 200 000), les conséquences de l’inflation vont frapper durement le pouvoir d’achat de tous.

Les conséquences de l’inflation relayée par les médias sont des augmentations de : 

  • + 15% pour l’énergie (gaz 28%, électricité 5,9%, carburant 25% depuis 2019).
  • + 7.4% pour les transports.
  • + 3% pour l’alimentation avec des augmentations sur des produits comme : le café +5%, les pâtes + 10 à 20%, la viande + 5%.

Le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques vient de communiquer aux organisations syndicales les nouvelles grilles indiciaires pour les agents de catégorie C (au verso).

L’actualisation de ces grilles a notamment été rendue nécessaire par la revalorisation, actée par décret le 30 septembre, du minimum de traitement dans la fonction publique. Et ce de manière à tenir compte de la hausse du Smic, effective depuis le 1er octobre, mais aussi pour éviter que certains agents publics ne se retrouvent rémunérés en dessous du salaire minimum. Des miettes au regard de la perte de pouvoir d’achat de ces 11 dernières années. Il y a eu 33,3% d’inflation en 20 ans et il manque 21% de revalorisation de la valeur du point. (4,6865€)

La Ministre a présenté en conférence sociale les orientations du gouvernement en matière de mesure salariales, excluant toute mesure d’augmentation du point d’indice gelé depuis plus de 10 ans : C’est la ministre de la destruction de la Fonction publique, de la destruction du point d’indice. La Ministre a déclaré vouloir sortir de mesures généralisées pour des mesures ciblées notamment pour augmenter les bas salaires.

Traduction : les écarts de salaire vont se réduire. … mais pas pour tout le monde les corps des Directeurs devraient obtenir des augmentations significatives… Et pour les autres ? RIEN !!! ou quelques miettes…

Le SEGUR a ouvert une brèche qui consiste à stigmatiser, discriminer les agents entre eux en fonction des métiers en donnant à certains alors que l’hôpital en général et le CHU de NICE en particulier ne peut pas fonctionner les uns sans les autres.

La CGT condamne cette politique de paupérisation des agents !

La CGT revendique :

  • Le dégel du point d’indice., rattrapage de la perte du pouvoir d’achat de 21%.
  • 10% maintenant !
  • La revalorisation de TOUTES les grilles indiciaires sans discrimination.
  • La reconnaissance pour TOUS les agents Hospitaliers.

     Avec la CGT, c’est tous ensemble que l’on gagnera !!!

ASHQ de classe normale – AEQ – Adjoint Admin – Conducteur 1ère catégorie

ASHQ de classe supérieur – OP2 – Agent de maitrise – Conducteur Ambulancier 2ème classe – Adjoint Admin 2ème classe – AEQ …

OP1 – Agent de maitrise principal – Conducteur Ambulancier 1ère classe – Adjoint Admin 1ère classe – Agent technique principal…

En complément une année de bonification d’échelon devrait s’appliquer dès 2022

Pour ne plus accepter de voir de ZERO sur l’évolution des grilles indiciaires … Rejoignez la CGT !

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> AMBULANCIERS: ACTION LOCALE ET NATIONALE DU 30.11.2021

Les Ambulanciers Hospitaliers, toujours en attente d’une juste reconnaissance de leur métier, se sont mobilisés avec la CGT tant au niveau local que national le 30 novembre 2021 et cela, malgré plus de dix-huit mois de mobilisations et d’interpellations auprès du gouvernement et du ministre de la Santé.

La CGT rappelle  que les attentes pour ces professionnels restent les mêmes:

► Sortir de la filière technique et ouvrière, afin d’obtenir la filière soignante
► Obtenir la catégorie active pour la reconnaissance de la pénibilité
► Suppression du terme « conducteur » dans la nomenclature métier
► Suppression des ratios promu promouvable afin de garantir une évolution correcte des agents
► Augmentation significative de leur grille salariales

Au niveau national, les ambulanciers niçois sont présents dans la mobilisation pour représenter leurs collègues et porter leurs revendications.

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> 7 DÉCEMBRE – MOBILISÉ-ES POUR AVOIR LES MOYENS DE BIEN TRAVAILLER

Depuis quelques semaines, éclate au grand jour, la situation alarmante des personnels de la santé et de l’action sociale en même temps que se matérialise de façon dramatique le démembrement organisé de notre système de santé.

Les médias en font l’écho, le président du Conseil Scientifique annonce 20% de fermeture de lits en cette rentrée liée aux manques de personnels qualifiés, la Fédération Hospitalière de France annonce de son côté 6% de fermetures en 2 mois, la direction de l’AP-HP reconnait 19% de fermeture de lits en septembre.

► Jamais, nous n’avons connu une situation aussi dégradée dans nos établissements.
► Jamais, nous n’avons vu tant de collègues quitter les services, épuisés.
► Jamais, autant de services d’urgences, de psychiatrie, de soins ont été fermés en quelques semaines pour manque de personnels.
► Jamais, nous n’avons vu autant de lits ou places faire défaut à la population.
► Jamais, autant d’usagers ont dû renoncer à des soins ou à leur suivi.

La CGT réaffirme que la fuite des personnels est sciemment organisée par des mesures dégradant toujours un peu plus les conditions de travail, des injonctions au management brutal et les contre réformes de réductions budgétaires mis en œuvre par tous les gouvernements sans exception.

Il est tant que cela s’arrête. L’équilibre de la société est en jeu.

Dans cette situation de démantèlement inédite, de plus en plus de résistance se manifeste sous formes de grèves, de rassemblements… La CGT apporte tout son soutien et appuie toutes les mobilisations engagées contre les fermetures de lits, contre la dégradation de la prise en charge des usagers, pour une réelle valorisation des métiers rendant attractif l’engagement dans nos secteurs d’activités, pour la réintégration des collègues suspendus et l’embauche de personnels supplémentaires.

Le SEGUR n’a pas apporté les solutions aux problèmes posés :

→ Revalorisations insuffisantes au regard du gel des salaires depuis des années, de l’engagement, des responsabilités, des compétences requises et des qualifications;

→ Une réponse scandaleuse aux problèmes d’effectifs;

  • 7500 créations de poste ce qui revient à 1,8 par établissements sans indiquer si par ailleurs d’autres postes seraient supprimés
  • 7500 équivalents temps plein en heures supplémentaires
  • Instauration des contrats 40h
  • Annualisation du temps de travail
  • Réduction du temps de repos à 11h entre 2 plages de travail

→ La réponse aux manques de lits ne peut pas être :

  • 4 000 lits saisonniers à mobiliser pour l’ensemble du territoire
  • Déprogrammation des interventions et sélection des les patients induites

→ La réponse aux problèmes de management et de processus de décisions excluant les acteurs de terrain ne peut pas être résolu par ce qu’ils appellent la médicalisation de la gouvernance

Il est temps, vraiment temps, de prendre les bonnes décisions :

► Il faut les moyens budgétaires et démocratiques pour développer un grand service public de santé et d’action sociale appuyé sur un réseau de structures bien organisées et bien dotées : CHU, Hôpitaux généraux, Hôpitaux locaux, EHPAD, Centre de santé, HAD, SSIAD, SSR, Psychiatrie…

► Il faut arrêter les conventionnements sécu du secteur lucratif

► Il faut repenser la médecine de ville par le développement des centres de santé rattachés aux hôpitaux

► Il faut rendre attractif l’engagement dans nos secteurs d’activités par la revalorisation des salaires,des carrières, des qualifications et la reconnaissance de la pénibilité

► Il faut former le personnel dont la société a besoin

► Il faut embaucher dans des proportions exceptionnelles

Il est temps qu’un réel débat public sur le service de santé et d’action sociale que l’on veut s’impose dans notre pays ; les élections présidentielles et législatives en sont l’occasion mais pour l’instant peu de candidat-es en font une priorité ….
Imposons-le !!!

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> PROFESSIONS INTERMÉDIAIRES ET TECHNICIENNES – L’URGENCE DE LA RECONNAISSANCE SALARIALE

La 7e édition du baromètre annuel de l’Ugict-CGT/SECAFI sur les professions intermédiaires et techniciennes réalisé par ViaVoice a eu lieu du 21 au 28 octobre 2021.

Après plus de 18 mois de crise sanitaire, cette édition démontre une colère salariale d’une ampleur inédite.

L’activité économique repart, les résultats des entreprises et dividendes distribués retrouvent leur niveau d’avant crise, pour autant, malgré les aides publiques massives, ces résultats n’ont pas bénéficié aux salarié.e.s. Ainsi, alors qu’elles ont un positionnement central face à la crise sanitaire, une expertise et une forte technicité, les professions intermédiaires s’estiment non reconnues dans leur travail.

L’Ugict-CGT appelle gouvernement et patronat à reconnaitre les qualifications et à mettre en place d’urgence des augmentations générales de salaires.

Infirmier·e·s, préparateurs et préparatrices en pharmacie, éducateurs et éducatrices, officiers de police, technicien·ne·s, agents de maîtrise, manageurs dans le commerce, fonctions administratives… Nombre de professions intermédiaires relèvent de ce que l’on a appelé les métiers de premières et 2e ligne.

Pourtant, la colère sur leur rémunération atteint un niveau inédit :

⇒ 73% considèrent que leur rémunération est en décalage avec leur implication (+10 points par rapport à 2020)

⇒ 66% considèrent que leur rémunération est en décalage avec leur charge de travail (+9 points par rapport à 2020)

⇒ 61% considèrent que leur rémunération est en décalage avec leurs responsabilités (+10 points par rapport à 2020)

Une colère encore plus marquée dans la fonction publique et chez les femmes.

Conséquence : seul·e·s 33 % des sondé·e·s s’estiment reconnu·e·s dans leur travail (-4% par rapport à 2020), le management et l’évaluation professionnelle sont majoritairement décriés.

Ainsi, ce sont 83% des professions intermédiaires se disent favorables à des augmentations générales de salaires.

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> ANFH – LES DISPOSITIFS INDIVIDUELS DE FORMATION

La fonction publique hospitalière prévoit plusieurs possibilités pour nourrir les projets de formation des agents et soutenir le développement des compétences mises au service des patients et des résidents.
Organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) de la fonction publique hospitalière, l’Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) est agréée par le ministère de la santé pour collecter et gérer les fonds consacrés au financement

Lire la suite

> ACTION DES IADE SUR PASTEUR 2

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
Lire la suite

> TH et TSH => LES GRAND.E.S OUBLIÉ.E.S DU SÉGUR !

Le SÉGUR de la Santé engendre des inégalités importantes !

Les Techniciens Supérieur Hospitalier et Techniciens Hospitalier deviennent la catégorie d’encadrement la moins bien rémunérée de la fonction publique hospitalière et partent à la retraite avec une indemnité équivalente ou juste supérieure à celle d’un.e. aide-soignant.e. et nettement inférieure à celle d’un.e. infirmière.e.

ALORS QUE NOUS SOMMES ESSENTIELS
AU BON FONCTIONNEMENT DU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER
CE MANQUE DE RECONNAISSANCE ET LES PRESSIONS EXERCÉES AU TRAVAIL SONT INACCEPTABLES !

La CGT du CHU de Nice s’inscrit dans les revendications nationales développées par l’UFMICT (Union fédérale des médecins, ingénieurs, cadres et techniciens) concernant les techniciens (TH) et les techniciens supérieur hospitalier (TSH) .

NOUS FAISONS PARTI DE
L’HÔPITAL PUBLIC !

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite
1 2 3 4 38
%d blogueurs aiment cette page :