> DROITS ET MÉCANISMES DE PROTECTION POUR LES LANCEURS D’ALERTE ET LES AGENTS PUBLICS CONFRONTES A DES RISQUES

Lanceurs d’alerte – Salariés protégés – Protection fonctionnelle dans la fonction publique:

Les éléments juridiques pour faire respecter les droits des salariés sur le thème de la protection des lanceurs d’alerte.

La protection des lanceurs d’alerte est définie par la loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016 (dite Loi Sapin 2) modifiée par la loi n°2022-401 du 21 mars 2022 transposant en droit français la directive UE 2019/1937 du 23 octobre 2019. Cette loi est complétée par un décret n°2022-1284 paru le 3 octobre 2022.

Qui est lanceur d’alerte ?

Cela peut être une personne physique, agissant sans contrepartie financière directe et de bonne foi ou ayant personnellement eu connaissance des faits qu’il dénonce, sauf si l’alerte a lieu dans un cadre professionnel, auquel cas les faits peuvent seulement lui avoir été rapportés.

Bénéficient également d’une protection les « facilitateurs », définis comme toutes personnes physiques ou morales de droit privé à but non lucratif qui aident un lanceur d’alerte à effectuer un signalement ou une divulgation. Un syndicat, un délégué syndical, un élu peuvent par exemple être facilitateurs.

Quelles informations peuvent donner lieu à une alerte ?

Cela peut concerner des informations portant sur une « menace ou un préjudice pour l’intérêt général », ou un fait illicite : un crime ou un délit ou la violation ou tentative de dissimulation d’une violation d’un engagement international, du droit de l’Union européenne, de la loi (notamment un harcèlement ou une discrimination) ou du règlement.

La divulgation de ces informations ne doit pas être interdite par le secret de la défense nationale, le secret médical, le secret des délibérations judiciaires, le secret de l’enquête ou de l’instruction judiciaire ou le secret professionnel de l’avocat.

Comment donner l’alerte ?

L’alerte peut aussi bien être donnée en interne, dans l’entreprise ou l’administration, que vers des entités externes définies par loi. La divulgation publique reste soumise à certaines conditions.

Les personnes morales de droit public employant plus de 50 agents doivent mettre en place une procédure d’alerte interne.

a) L’alerte interne, auprès de l’employeur, à conditions que l’alerte :

porte sur des informations professionnelles, c’est-à-dire obtenues dans un cadre professionnel sur des faits qui se sont déroulés ou sont susceptibles de s’être déroulés dans la structure professionnelle en cause,

émane d’une personne en rapport avec l’organisation en cause (membre du personnel ancien ou actuel, candidats à un emploi, prestataire, cocontractant…).

Cette procédure doit garantir l’intégrité et la confidentialité des alertes recueillies. Si une alerte orale est prévue, la personne doit pouvoir être reçue dans les 20 jours et l’échanger donner lieu à un enregistrement ou un procès-verbal signé. Des modalités de traitement des signalements anonymes doivent être prévues. Un avis de réception de l’alerte doit être notifié dans un délai de 7 jours et donner lieu à une première réponse dans un délai de 3 mois.

Les éléments de nature à identifier le lanceur d’alerte ne peuvent être divulgués qu’avec le consentement de celui-ci. Ils peuvent toutefois être communiqués à l’autorité judiciaire, dans le cas où les personnes chargées du recueil ou du traitement des signalements sont tenues de dénoncer les faits à celle-ci. Le lanceur d’alerte en est alors informé, à moins que cette information ne risque de compromettre la procédure judiciaire. Des explications écrites sont jointes à cette information.

Les éléments de nature à identifier la personne mise en cause par un signalement ne peuvent être divulgués, sauf à l’autorité judiciaire, qu’une fois établi le caractère fondé de l’alerte. La violation de ces règles de confidentialité est punie de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

b) L’alerte externe est adressée à l’une des autorités publiques désignées par le décret du 3 octobre 2022 :

  • Le défenseur des droits ;
  • un organe ou organisme européen listé par la Directive 2019/1937 ;
  • une autorité administrative listée par le décret ;
  • L’autorité judiciaire.

L’autorité externe doit accuser réception dans un délai de sept jours et informer le lanceur d’alerte dans un délai de trois mois.

La divulgation publique consiste à porter l’alerte à la connaissance du public, par exemple par les médias ou réseaux sociaux. Elle n’est protégée par le régime des lanceurs d’alertes que dans quatre situations :

l’autorité externe saisie n’a pas apporté de réponse appropriée dans le délai imparti de 3 mois ou, pour l’autorité judiciaire, l’institution de l’UE ou le défenseur des droits, de 6 mois ;

en présence d’un danger grave et imminent ;

en présence d’une alerte sur des informations obtenues dans un cadre professionnel et qui caractérisent un danger grave OU manifeste pour l’intérêt général, notamment s’il existe une situation d’urgence ou un risque irréversible, ou

s’il existe des risques de représailles en cas de saisine de l’autorité externe ou si cette saisine ne permettrait pas de remédier efficacement à l’objet de l’alerte, par exemple parce que des preuves risquent d’être dissimulées ou détruites ou parce qu’il existe des raisons sérieuses de penser que l’autorité est en conflit d’intérêts, en collusion avec l’auteur des faits ou est impliquée dans les faits.

De quelles protections bénéficient les lanceurs d’alerte ?

Cela concerne :

  • une interdiction des représailles ;
  • l’aménagement de la charge de la preuve ;
  • un droit à réintégration en référé ;
  • une provision pour frais de procédure judiciaire et subsides ;
  • un avis du défenseur des droits ;
  • une immunité civile et pénale et un accompagnement psychologique.

La protection fonctionnelle des agents publics

La protection fonctionnelle, prévue dans les articles L134-1 à 12 du CGFP, est l’obligation faite à une administration de protéger l’agent public ou l’ancien agent public contre les atteintes volontaires à l’intégrité de sa personne, violences, agissements constitutifs de harcèlement, les menaces, injures, diffamations ou les outrages dont il pourrait être victime sans qu’une faute personnelle puisse lui être imputée et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

Ainsi, les agents poursuivis en justice ou victimes d’infractions dans le cadre de leurs fonctions bénéficient, sous conditions, de la protection fonctionnelle. La protection fonctionnelle désigne l’ensemble des mesures de protection et d’assistance que doit prendre l’administration à l’égard de tout agent ou ancien agent qui, soit fait l’objet de poursuites civiles ou pénales à raison d’une faute en lien avec le service, soit est victime d’une infraction dans l’exercice de ses fonctions ou en raison de ses fonctions (agent victime).

Cet article est issu du travail de la section juridique de la CGT

Lire la suite

> LE SYNDICAT CGT A SON APPLICATION

La CGT a pour vocation la défense des intérêts des salariés. Nos intérêts sont différents de ceux des directions.

Dans cette perspective, pour être efficaces, nous ne nous interdisons rien: la lutte, la proposition, la négociation, l’information… Nous ne subordonnons pas notre action à l’influence de quiconque (partis politiques, associations, etc.). Les syndicats CGT du CHU représentent les salariés dans l’établissement, ils ont un rôle d’acteur social.

Pour simplifier la possibilité aux salariés de nous contacter, la CGT du CHU de Nice met à votre disposition une application pour:

► Nous appeler directement

► Nous joindre par mails

► Nous rejoindre sur les réseaux sociaux

► Suivre nos dernières infos et tracts

► Dans le menu « Infos », vous trouverez plusieurs thématiques …

Pour installer l’application sur votre smartphone il vous suffit de flasher le QR Code ci-dessous sur Android ou IOS sans passer par l’AppleStore ou le PlayStore

Fraternellement,

Stéphane GAUBERTI

Secrétaire général de la CGT
du CHU de NICE


gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> TITANIC 2 – LA BIENVEILLANCE C’EST POUR QUAND ?

PAS EN CSE EN TOUT CAS ...

Depuis plus de 20 ans, stress, souffrances et violences en milieu hospitalier sont le lot quotidien de notre vie au travail. Les politiques nationales et locales menées n’ont fait que détériorer l’Hôpital public par leur mode de financement (T2A, pôle d’activité). La délégation polaire ne fera qu’accentuer ce naufrage….

De chefs de services à chefs de pôles le monde hospitalier sombre dans la gestion d’entreprise avec comme unique objectif le retour à l’équilibre financier.

Le paquebot coule, les salariés n’en sont pas responsables nous ne pouvons pas en dire autant des donneurs d’ordre !

Nous avons besoin de médecins, de soignants etc… et non pas de gestionnaires !!! à chacun son métier…

« Donneurs d’ordre », « prestataires de services », « gestion RH … », « Contrats de pôles », « délégation de signature », les techniques du privé ouvrent la brèche à la privatisation de l’hôpital public. 

Les fiches de poste techniques et administratives sorties à la bourse des emplois vacants (BEV) en vue de la réorganisation polaire en sont un exemple criant. Elles imposent une charge de travail insupportable avec des responsabilités accrues.

Pire encore, elles ne reconnaissent pas la pénibilité et la technicité de nos métiers ni même les risques professionnels…

Multitâches en toute bienveillance ou efficience !

Le cafouillage en CSE du 12 Février 2024 démontre le mépris du Directeur Général envers les élus du personnel en ne fournissant pas les réponses aux questions posées ni en séance publique ni en instance. Nos collègues de Valenciennes nous avaient prévenus !

Ce n’est pas en serrant des mains, en prenant des photos diffusées sur les réseaux sociaux et en distribuant des gilets de sauvetage à certains que nous éviterons le naufrage du CHU de Nice avec un déficit cumulé abyssal qui avoisine les 342 millions d’€ !!!

Le cap est donné … les salariés vont encore payer l’addition d’une dérive de la politique de santé que la CGT dénonce avec eux depuis des années.

Pour la CGT, il est impératif d’instaurer des espaces de dialogue entre les salariés et leurs représentants dans les pôles. L’écoute au plus près du terrain … en toute bienveillance !

ALORS LA BIENVEILLANCE C’EST MAINTENANT

Fraternellement,

Stéphane GAUBERTI

Secrétaire général de la CGT
du CHU de NICE


gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite
1 2 3 4 5 57