> 15 OCTOBRE: JOURNÉE NATIONALE DE GRÉVE ET DE MOBILISATION

D​ans les secteurs de la Santé, du Médico-social et du Social.

Des milliers d’emplois pour résorber le désarroi !

Pour la CGT, le protocole d’accord sur « Carrières et Rémunérations » et le « Ségur de la Santé » ne sont pas satisfaisants du tout, voire inadaptés aux demandes et revendications des personnels de ces secteurs d’activité. Les récentes décisions du gouvernement et du patronat montrent qu’ils sont toujours hostiles aux exigences des professionnel. le.s des établissements de Santé du sanitaire, du médico-social et du social public et privé, et qu’ils n’ont pas la réelle volonté d’améliorer notre système de santé et de protection sociale.
Depuis des années, les professionnel.le.s du secteur médico-social, du social et du handicap doivent faire face à des prises en charge de plus en plus difficiles : troubles du comportement, population vieillissante, etc. Trop souvent oublié.e.s et invisibles, elles et ils doivent être considéré.e.s et reconnu.e.s au même titre que tou.te.s les acteurs du soin. Quant à l’hôpital et aux établissements du public, ils croulent sous une activité

exponentielle depuis la pandémie de covid-19 sans avoir les moyens humains et matériels nécessaires.

Les salarié.e.s, toutes catégories confondues, n’en peuvent plus de devoir supporter la dégradation de leurs conditions de travail sans aucune amélioration en vue.

Soyons mobilisé.e.s à Paris
et ailleurs le 15 octobre !

Ce ne sont pas les augmentations de salaire, obtenues seulement pour certain.e.s, qui vont faire taire les professionnel.l.e.s en colère. Le MANQUE D’EFFECTIF récurrent partout dans les services et les établissements est INACCEPTABLE et ne peut plus durer face à un gouvernement qui continue à communiquer qu’il maitrise la situation et à régler tous les problèmes grâce au « Ségur de la Santé ».

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> PLAN BLANC: ATTENTION PERSONNELS A BOUT DE SOUFFLE !

L’ADMINISTRATION ET LE MINISTÈRE

DOIVENT DEBLOQUER DES MOYENS

Quatre mois sont passés depuis la 1ère vague COVID. Ce temps aurait dû servir à se préparer à une seconde vague qui faisait partie des scénarios probables. Aujourd’hui sans réels moyens supplémentaires nous devons faire face à la crise COVID sans pouvoir cette fois interrompre les autres prises en charge ayant déjà souffert de trois mois d’interruption.

Le plan blanc est déclenché depuis le 28 août dans le département mais la direction générale du CHUN a attendu le 19 septembre pour annoncer l’ouverture de 10 lits HET (cela faisait une dizaine de jours que nous avions jusqu’à 17 patients hospitalisés et jusqu’à 8 patients en réanimation).

► Le même jour (un vendredi c’est toujours pratique), comme 1ère mesure, l’administration a demandé aux encadrements de solliciter les agents pour se rendre disponible et venir en renfort (parfois le soir même). C’est un coup dur pour les équipes qui sentent que leurs limites sont atteintes. Or, ni au CHU, ni dans le département les besoins en personnels n’ont été réellement anticipés.

Encore une fois l’administration compte sur la disponibilité des personnels pour assumer la crise à moyens constants ou presque.

MAIS le personnel est à bout de souffle, la fatigue s’est accumulée. Face aux mauvais choix de l’administration en terme de gestion des personnels et de prise en compte des besoins, une colère et un manque de confiance se sont installés.

Les agents veulent pouvoir remplir leurs missions de service public mais de plus en plus d’entre eux font part de leur impossibilité de trouver l’énergie nécessaire pour redoubler encore une fois leurs efforts, ressentent que leurs limites physiques et psychologiques sont atteintes. Ils ont besoin de respect et de compréhension et pas de pressions négatives, ils ont besoin de visibilité et d’espoir de renforcement en moyens humains et matériels.

LA POPULATION COMPTE SUR NOUS !

NOUS DEVONS POUVOIR COMPTER SUR LES DIRIGEANTS !

Oui la situation est difficile mais il faut se préparer à tenir sur le long terme.  Pour cela nous devons nous protégeret exiger une anticipation et une visibilité des réorganisations prévues qui nous permettent de nous projeter sur la montée en charge des mesures.

C’est aussi et surtout le déblocage de moyens humains supplémentaires qui doit devenir effectif rapidement. Ils doivent tout mettre en place pour protéger le plus possible les temps de repos et la vie privée des hospitaliers s’ils veulent que l’on puisse tenir sur la durée.

C’est aussi le déblocage de moyens humains et matériels qui nous permettra d’ouvrir les lits nécessairespour assumer les prises en charge COVID et toutes les autres.

⇒ Il faut embaucher dans tous les grades, notamment des ASH dont nous manquons cruellement, qui sont essentiels aux services et dont le recrutement est plus facile que certaines professions en tension.

⇒ Il faut clarifier et amplifier nos capacités de renforts extérieurs de personnels qualifiés, peut être en envisageant leurs réquisitions si nécessaire.

Le plan blanc recense l’ensemble des moyens matériels et humains susceptibles d’être mobilisés et définit les conditions de leur emploi (art R3131-13 du code de la santé publique ; décret 2005-1764 du 30 décembre 2005 ; circulaire DH/DGS du 24 décembre 1987).

Le plan blanc au CHU de Nice n’a pas été revu depuis 2013 alors qu’il doit être réactualisé chaque année et présenté aux instances représentatives des personnels.

Depuis le début de la 1ère crise, les représentants du personnel se battent pour tenter d’être consultés et informés sur les mesures prises et celles à prendre.

PLAN BLANC ET RAPPEL A DOMICILE : Les règles

En situation normale le rappel à domicile n’est autorisé qu’aux personnels soumis à astreinte dont la liste est fixée par chaque établissement (Décret 2002-9 du 04 janvier 2002 ; arrêté du 24 avril 2002) et rémunéré pour compenser la mise à disposition.

Dans le cadre d’un plan blanc les règles autorisant les appels à domicile pour venir renforcer les équipes sont assouplies. Pour autant les Directions ne peuvent pas tout faire. Cette procédure est très encadrée notamment par la Circulaire 2002-284 du 3 mai 2002 (extrait ci-contre)

Les messages pour mobiliser le personnel peuvent être abusifs

… « Dans la perspective d’un rappel du personnel, notamment en cas de catastrophe nocturne ou durant des jours fériés, une procédure téléphonique doit être prévue sur la base d’un message préétabli et simple. Une procédure reposant sur la démultiplication des appels semble la mieux adaptée pour toucher rapidement le personnel nécessaire. Afin de permettre ce rappel téléphonique, les listes des coordonnées ne doivent être communiquées qu’aux personnes appelées à en connaître.
Chaque établissement arrête le lieu de dépôt de cette liste fixe, les modalités permettant, à tout moment, à la cellule de crise et au standard d’en prendre connaissance. Les personnels inscrits sur « la liste rouge » des abonnés du téléphone ne sont pas tenus réglementairement de communiquer leur numéro de téléphone. Toutefois, les conditions relatives à l’obligation de service légitiment la communication de cette information à l’établissement. Afin de concilier le caractère confidentiel de données personnelles et la possibilité d’être joint en cas de rappel, ces listes sont placées sous enveloppe scellée, à n’ouvrir que sur ordre du Directeur. Le responsable de l’actualisation de ces listes est identifié et le protocole y afférent, rigoureusement défini… »

► On vous dit que vous êtes réquisitionné

C’EST FAUX : Il ne s’agit pas de réquisitions. Seul le préfet à un pouvoir de réquisition sur les personnels des établissements publics, privés et ou sur les libéraux(alinéa 4 de l’article L2215-1 du code général des collectivités territoriales).
Le CHU de Nice n’a donc aucune possibilité de « réquisitionner le personnel », il fait appel auvolontariat, aux agents disponibles.

On vous dit : « maintenant que je vous ai eu au téléphone vous êtes obligé de venir ! », certain-es cadres zélé-es rajoutent même « sinon je vous envoi la police » (ben voyons !)

C’EST FAUX : faire appel au volontariat c’est tenir compte de la disponibilité des gens qui doivent donc pouvoir refuser la mission sans forcément être obligé de motiver leur refus. C’est pourquoi la circulaire ci-dessus citée préconise la démultiplication des appels.

Les agents hospitaliers ne sont pas obligés de donner leur numéro de téléphone à l’administration mais « incités à ». D’autre part des raisons personnelles peuvent pousser le personnel à se déclarer dans l’impossibilité de répondre positivement à la sollicitation sans devoir préciser ces raisons. Cela s’appelle la protection de la vie privée.

PLAN BLANC : autres mesures de gestion des personnels

► Roulement de travail en 12H pour les services de soins et médico-techniques

► Interruption des temps partiels (nécessite l’accord de l’agent pour les temps partiels de droit dans le cadre d’un congé parental ou pour les parents d’enfants de moins de 3 ans)

► Interruption des congés annuels et jours de RTT

► Suspension des disponibilités, détachement, mutation et retraite

► Sur consignes du ministère déplafonnement des heures supplémentaires

En 2ème mesure, l’Administration a choisi d’imposer aux IDE et AS la programmation sur les plannings, à priori pour le moment jusqu’au 31 octobre, de 12 Heures supplémentaires par mois.

► L’utilisation des HS est normalement au volontariat. Par contre, c’est un moyen de rémunérer l’effort demandé au personnel avant de devoir éventuellement annuler les RTT ou autres congés.

MESURES AU DELÀ DU PLAN BLANC

Comme lors de la 1ère vague des recrutements de personnels extérieurs sont envisagés. Les 274 personnes contactées lors de la 1ère vague ont été recontactées :

 17 sont disponibles pour prendre un poste pérenne rapidement (11 AS et 6 IDE)

 22 AS disponibles pour des missions ponctuelles

 40 IDE et IADE disponibles pour des renforts ponctuels

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> TELETRAVAIL: LA CGT OBTIENT L’OUVERTURE DE NEGOCIATIONS

Après de multiples relances de notre part et de la part d’autres organisations syndicales, le patronat consent enfin à ouvrir ce sujet à la négociation ! Pour la CGT, l’urgence est de mettre en place, via un accord majoritaire, des dispositions normatives qui couvrent indistinctement l’ensemble des télétravailleur.euse.s, des itinérant.e.s et des travailleur.euse.s mobiles, quels que soient leur secteur d’activité, leur catégorie professionnelle et/ou leur métier.

CP-CGT-Negociations-Teletravail
Negociations Teletravail »]

La CGT portera dans ces futures négociations nationales et locales l’exigence de progrès qu’attendent de nous les salarié.e.s !

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> SCANDALEUX ! SEULS LES SOIGNANTS DÉCÉDÉS OU VENTILES EN RÉA SERONT RECONNUS EN MALADIE PROFESSIONNELLE COVID 19

Le 23 mars 2020, le minis­tre de la Santé décla­rait : « Pour tous les soi­gnants qui tom­bent mala­des, le coro­na­vi­rus sera reconnu comme mala­die pro­fes­sion­nelle. C’est la moin­dre des choses, il n’y a aucun débat là-dessus. »

Mais, signe de mépris pour ceux qui se sont expo­sés au danger, ce gou­ver­ne­ment sans parole ni hon­neur décide en août, sans vergogne, de limi­ter cette reconnais­sance uni­que­ment aux soi­gnants décé­dés ou placés sous assis­tance res­pi­ra­toire.

Les pro­fes­sion­nels exer­çant dans le sec­teur de la santé peu­vent béné­fi­cier d’une reconnais­sance selon deux condi­tions cumu­la­tive :

⇒ D’une part, leur conta­mi­na­tion au Covid-19 a eu lieu dans le cadre de leur tra­vail ;

⇒ D’autre part, leur conta­mi­na­tion au Covid-19 a entraîné une affec­tion res­pi­ra­toire grave avec recours à l’oxy­gé­no­thé­ra­pie ou toute autre forme d’assis­tance res­pi­ra­toire.

Si ces 2 cri­tè­res ne sont pas réunis (sauf en cas de décès), le carac­tère pro­fes­sion­nel de la mala­die n’est pas reconnu.

Pour effec­tuer la demande, il faut join­dre les docu­ments sui­vants néces­sai­res à l’étude du dos­sier :

Le cer­ti­fi­cat médi­cal ini­tial (CMI) établi par le méde­cin trai­tant, qui pose le diag­nos­tic de Covid-19 et qui men­tionne les éléments cli­ni­ques ou les exa­mens ayant permis de poser ce diag­nos­tic ;

Un compte rendu d’hos­pi­ta­li­sa­tion men­tion­nant le recours à l’oxy­gé­no­thé­ra­pie ou à une assis­tance ven­ti­la­toire et le diag­nos­tic Covid-19 lors­que c’est le cas. Si l’oxy­gé­no­thé­ra­pie a été effec­tuée en dehors d’un cadre hos­pi­ta­lier (par exem­ple, à domi­cile), le méde­cin trai­tant devra inclure cette infor­ma­tion dans le CMI ;

Un jus­ti­fi­ca­tif d’acti­vité pro­fes­sion­nelle :pour les pro­fes­sion­nels de santé et per­son­nes sala­riées exer­çant dans le sec­teur des soins : une attes­ta­tion de l’employeur men­tion­nant l’emploi et les pério­des d’absence en 2020,


Seu­le­ment pour les ayants droit d’une per­sonne décé­dée du Covid-19 : une copie du cer­ti­fi­cat de décès du proche concerné, en plus des pièces deman­dées pré­cé­dem­ment.

Les per­son­nes infec­tées par le Covid-19 dans le cadre de leur acti­vité pro­fes­sion­nelle doi­vent réa­li­ser une décla­ra­tion sur le site inter­net  : « declare-mala­die­pro.ameli.fr »

Pour la CGT, après l’iniquité de la prime COVID,
C’est un signe de mépris de plus envers ceux que l’on voulait « médailler »

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> MOBILISONS-NOUS LE 17 SEPTEMBRE 10H00 PLACE MASSÉNA

POUR L’EMPLOI, LES SALAIRES, DE MEILLEURES CONDITIONS DE TRAVAIL,
POUR L’AMÉLIORATION DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ ET D’ACTION SOCIALE !

Les salarié.e.s de nos secteurs du sanitaire, médico-social et social public et privé sont essentiels notamment pour garantir à toutes et tous l’accès aux droits sociaux et aux soins. Les professionnel.le.s continuent à se dévouer corps et âme pour assurer une prise en charge de qualité et un accueil digne de la population pendant cette période de pandémie COVID 19 qui persiste et dure depuis le début de cette année.

Mais combien faudra-t-il de temps, de crises pour que le gouvernement change radicalement de politique sociale et de santé, de politiques en matière d’emploi pour faire face à la crise sociale qui se rajoute à la crise sanitaire ?

La Fédération de la Santé et de l’Action Sociale appelle à participer activement à cette nouvelle journée nationale interprofessionnelle de grève et de manifestations inscrite dans un processus de luttes qui devra se renforcer les prochains mois dans tous les secteurs professionnels, pour peser véritablement et empêcher la crise sociale de s’amplifier.

Il est temps de faire vivre nos propositions et revendications CGT pour une société plus juste :

► Augmentation significative des salaires
pour toutes et tous  !

► Travailler moins (32h00)
pour travailler mieux et des emplois pour toutes et tous !!!

► Un système de santé et
de protection sociale avec
des moyens pour répondre
aux besoins de toutes et tous, accessible et dans la proximité !

Toutes et tous dans les actions proposées par la CGT
Les mardis de la colère, ça continue !!!
Hôpital de l’Archet ►13h30 au niveau de l’Arrêt de bus / Taxi de l’Archet 2
Hôpital de Pasteur / Cimiez ► 9h30 / 11h sur la parvis de P2

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

Lire la suite

> COMPTE RENDU DU RV DE LA CGT AVEC LE DIRECTEUR GÉNÉRAL ET SA DIRECTION

La CGT  a été reçue hier à 14h dans le bureau du Directeur Général et a dénoncé avec fermeté les mauvaises conditions de travail que les agents de tous grades subissent depuis plusieurs années et tout particulièrement depuis la crise COVID.

NOUS AVONS DÉNONCÉ :

► Le conflit social qui dure depuis trop longtemps dans cet établissement
► Le manque de personnels à tous les étages

La fuite des agents tous grades confondus
► Le turn-over abusif jour/nuit
► La polyvalence à outrance dans les services
► Le non respect des plannings
► La surcharge de travail des ASHQ
► La difficulté à conjuguer vie professionnelle et vie privée
► Le manque de matériels récurrent malgré nos alertes lors des différents CHSCT et les engagements de la direction
► Le manque de perspectives de carrières par la possibilité d’accès à un grade supérieur notamment pour les personnels les moins rémunérés
► La qualification des absences durant la crise sanitaire qui a impacté les compteurs d’heure des agents
► Le manque d’accès à la prise en charge en promotion professionnelle d’aide-soignant et d’IDE

NOUS AVONS DEMANDE :

► La prime à 1500€ pour tous
► La requalification des absences sur AGILETIME permettant aux agents de percevoir la prime COVID dans sa totalité
► La tenue d’un CHSCT spécial COVID

Que les agents ayant eu des absences depuis le 16 mars 2020 à fin décembre ne soient pas impactés sur la prime de fin d’année
► Une réunion mensuelle avec la Direction afin de négocier les cahiers revendicatifs de personnels secteur par secteur et d’avancer sur les déroulements de carrières, les mises en stage etc…
► L’ouverture de concours permettant l’accès à un grade supérieur
► La localisation d’un service « Hôpital en Tension » sur Pasteur au plus proche des Urgences en complément de l’Archet
► Une étude complète sur le télétravail pour tous les personnels éligibles et qui le souhaitent
► Que les agents occupant des postes ayant une technicité particulière puissent bénéficier du grade supérieur par le biais d’une formation, de l’ancienneté ou de la reconnaissance des acquis de l’expérience

La rétroactivité de la prime d’insalubrité depuis quatre ans pour les personnels pouvant en bénéficier et qui en ont été écartés
Que la prime Buzin soit enfin attribuée aux Brancardiers, à l’Imagerie d’Urgence etc…

NOUS AVONS DÉJÀ OBTENU :

► L’engagement d’un calendrier mensuel pour l’ouverture de négociation secteur par secteur à partir des cahiers revendicatifs des personnels (mise en stage, télétravail, concours, avancement de carrière…)
► La tenue d’un CHSCT spécial COVID courant octobre avec retour d’expérience sur la prise en charge de l’épidémie
► Une information régulière de l’évolution de la crise sanitaire avec explications des schémas organisationnels secteur par secteur
► La mise en œuvre de nouveaux lits d’aval post Urgences sur les sites de Pasteur et de l’Archet avant les fêtes de fin d’année
► L’obtention rapide de réponses concernant la prime Buzin
► La révision à la hausse des effectifs de tous grades
► L’accélération des mises en stage sur postes vacants

LES RÉPONSES NE SONT TOUJOURS PAS A LA HAUTEUR DES ENJEUX
SOYONS VIGILANTS, MOBILISONS NOUS
POUR LA PRISE EN COMPTE DE TOUTES NOS REVENDICATIONS
LA CGT NE DONNERA JAMAIS UN CHÈQUE EN BLANC A LA DIRECTION,
ELLE VEUT DES ACTES…

RAPPEL :
LA CGT APPELLE L’ENSEMBLE DU PERSONNEL
A  MAINTENIR LA PRESSION LORS DES MARDIS DE LA COLERE
DE 9H30 A 11H SUR LES PIQUETS DE GREVE
ET A SE MOBILISER MASSIVEMENT
POUR UNE JOURNEE NOIRE DANS LA SANTE

LE JEUDI 17 SEPTEMBRE
A 10H00 PLACE MASSENA

 

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite

> ACTION DU 1 SEPTEMBRE – LA DIRECTION FIXE UNE DATE DE NÉGOCIATIONS

L’ACTION CONTINUE…

Suite aux actions successives des salariés avec la CGT, la Direction nous recevra le

Mercredi 9 Septembre
à 14 H 00

pour ouvrir les négociations sur tous les secteurs.

Pour maintenir la pression pendant les négociations, la CGT appelle tous les salariés à venir sur les lieux de rassemblements. Des cahiers de revendications seront mis à la disposition de tous.

MARDI 8 SEPTEMBRE
DE 9H A 11H

Pasteur: devant le galet
Cimiez: au kiosque
Archet: Arrêt de bus / Taxi

TOUS ENSEMBLE DANS LA COLÈRE EXIGEONS :

– LA PRIME DE 1500 € POUR TOUS
– DES EFFECTIFS SUPPLÉMENTAIRES
– DU MATÉRIEL A LA HAUTEUR DES BESOINS
– DE RÉELS DÉROULEMENTS DE CARRIÈRES
– UNE VÉRITABLE AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL
– LA MISE EN STAGE DE TOUS LES CONTRACTUELS…

– UN CALENDRIER DE MISE EN ŒUVRE DES REVENDICATIONS ANCIENNES COMME NOUVELLES…

17 SEPTEMBRE: UNE JOURNÉE NOIRE ANNONCÉE A L’HÔPITAL …

Tous ensemble, soyons présents dans la manifestation interprofessionnelle et intersyndical pour faire converger toutes les revendications. D’autres choix sont clairement possibles !
Les revendications portées par les salariés et leurs syndicats dans les luttes, les projets alternatifs de développement de l’emploi ouvrent des perspectives. Il y a urgence à obtenir satisfaction à leurs légitimes combats, mettant fin aux politiques de casse. La semaine à 32h, le Smic à 1800 euros, le renforcement de notre Sécurité Sociale, avec notre système de retraite solidaire, sont indispensables et urgents.

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

04.92.03.44.73

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite
%d blogueurs aiment cette page :