> COMPTE RENDU DU CTE DU 24 AVRIL 2019

1/ MISE EN PLACE D’UNE APPLICATION NUMÉRIQUE DE GESTION DES REMPLACEMENTS INTERNES « WHOOG »

Pour la Direction cet outil s’inscrit dans le cadre de la QVT (Qualité de Vie au Travail).

La  solution proposée par la direction est la mise en place d’une application informatique appelée « WHOOG » qui permettra aux cadres de gérer les plannings d’heures supplémentaires sans forcément appeler les agents à leur domicile.

L’utilisation de cette application est basée uniquement sur le volontariat et ce sont les professionnels qui s’y inscriront.

L’application effective sera mise en place le 30 avril 2019.

Les inscriptions seront possibles à partir du 25 avril 2019.

Les 29 et 30 avril 2019 stands dans les selfs de Cimiez, Pasteur et l’Archet.

Un premier bilan sera fait dans 3 mois et à la fin de l’année 2019 avec différents indicateurs.

La CGT se félicite que suite à son intervention,  les ASHQ seront inclus dans le dispositif. Toutefois, elle a dénoncé que le périmètre de remplacement concernant ces agents était trop restreint se limitant uniquement au CAP à Pasteur, à l’EHPAD/USLD à Cimiez et  à Tende.

La CGT a demandé que ce dispositif soit étendu à l’ensemble des catégories professionnelles effectuant des heures supplémentaires. Elle a obtenu l’assurance de la DRH qu’au bilan des 3 mois, chaque situation ayant entrainé un dépassement du temps légal de travail soit examiné.

Les agents qui se verront proposer les missions doivent avoir un profil correspondant aux compétences exigées sur le poste, un compteur d’heures positif après validation des heures supplémentaires et astreintes.

Attention,  l’acceptation des missions ne veut pas forcément dire rémunération en heures supplémentaires !!!

La CGT s’est abstenue sur ce dossier.

2/ BILAN 2018 ET POLITIQUE 2019 EN MATIÈRE DE CONTRACTUALISATION DES PÔLES

C’est un engagement bilatéral entre les pôles et l’institution permettant de décliner les projets.

La durée des contrats est de 4 ans, c’est un socle commun pour tous les pôles.

Des réunions de coordinations entre les chefs de pôles et la CME auront lieu quadri-trimestriellement.

Les pôles qui auront rempli leurs objectifs se verront attribuer un intéressement de 300 000 € dont 150 000 € au titre de la sécurité qualité et patient et 150 000 € au titre de la performance conditionné par les enjeux institutionnels.

Un bilan annuel permettra de redéfinir les objectifs de l’année suivante.

Pour la CGT l’Hôpital est géré comme une « Start-Up ». Si on ne remplit pas les conditions, on est « puni » et on ne bénéficie pas de l’intéressement.

Cette gestion aura un impact sur le personnel en termes d’effectifs, d’aménagement d’horaire sur les pics d’activité.

La CGT a rappelé que le protocole d’accord RTT restait le socle commun pour le temps de travail du personnel. Les seuls horaires retenus au CHU de Nice sont les 7h42, les 12 heures de manière dérogatoire et 9 ou 10h pour le personnel d’office. Pour rappel, le personnel de nuit travaille soit en 10h soit en 12h.

3/ ELAN 2025 POINT D’AVANCEMENT :

Les enjeux sont de déterminer l’ambition cible à l’horizon 2025 sur la base d’un diagnostic, d’une responsabilisation des acteurs, d’un suivi de l’avancée des travaux.

Le patient doit bénéficier de la même qualité de soins partout au CHU de Nice.

« 44 chantiers » avec plusieurs  thématiques ont été identifiés dont l’ambulatoire qui est un axe fort du CHU de Nice.

Parmi celles-ci :

–         L’ambition santé numérique via la télémédecine avec 8 initiatives qui existent à ce jour, permettant d’éviter un passage aux urgences notamment.

–         Une méthode d’accompagnement social,

–         Le développement DOCTOLIB pour la prise de rendez-vous.

Chantier en cours sur l’amélioration des recherches de lits d’hospitalisation, etc…

La CGT a rappelé que le CHU de Nice a été épinglé par la Cour des comptes pour son peu d’attractivité avec seulement 3% d’activité  alors que la moyenne des CHU est de 8%.

Elle a dénoncé que toutes les réorganisations de ces derniers temps ont engendré une baisse de la masse salariale et du nombre de lits donc de l’offre de soins faisant peser sur les personnels une surcharge de travail et une perte de sens du travail.

La CGT a émis ses plus vives inquiétudes concernant l’activité des blocs en constante diminution par manque de médecins anesthésistes. Egalement, elle a dénoncé la fermeture des quarante lits de SSR sur le site de Tende qui entraine une diminution de l’activité.

5/ RAPPORT INFRA-ANNUEL A FIN DÉCEMBRE 2018 (UNE NOUVELLE PRÉSENTATION SERA FAITE AUX INSTANCES DE JUIN) :

Le constat est que l’activité MCO est stable en nombre de séjours.

On constate une meilleure valorisation des séjours (+ 0.79%) qu’on pourrait mieux valoriser avec une amélioration des opérations de codage.

Pour 2018, le déficit se chiffre à 9,6 millions (13,5 millions fin 2017).

Même si le CHU s’est engagé dans une maitrise des charges, les problématiques des recettes d’activité nous pénalise.

Même si la situation s’améliore en termes de résultats comptables, la capacité d’autofinancement du CHU se dégrade et nous aurons recours à un emprunt de 30 Millions d’€.

Pour 2019,  on constate que l’activité a du mal à redémarrer.

Pour la CGT, il est urgent d’obtenir des moyens supplémentaires, de supprimer le CREF, de recruter des médecins et des personnels en nombre suffisant pour permettre de maintenir l’activité voire de l’augmenter.


Bien Cordialement.
 
Stéphane GAUBERTI
Secrétaire Général de la CGT au CHU de Nice
Tél : 04 92 03 44 73 (poste 34473)  
Mail : gauberti.s@chu-nice.fr
 

Related posts

%d blogueurs aiment cette page :