> UN PLAN BLANC QUI NE DIT PAS SON NOM ?

Pressé par les politiques et les médias le Directeur Général du CHU de Nice a été contraint de s’exprimer par voie de communiqué de presse suite à la situation aux urgences.

Son communiqué de presse du 12 juillet ne convainc évidemment pas les hospitaliers et la CGT du CHU de Nice.

Parce que nous nous savons que la réduction drastique du nombre de lits à l’hôpital depuis des années, couplée au non-développement du réseau de ville, entrave dangereusement l’accès aux soins pour nombre de nos concitoyens.

Alors que chacun de nous sait que le développement des hôpitaux et de la Fonction Publique Hospitalière a permis le développement de la recherche et de la formation.

Le réseau hospitalier est une richesse qu’il ne faut pas perdre sous peine de reculs fondamentaux.

Le CHU de Nice est un maillage de compétences qui demande des moyens budgétaires humains, financiers et démocratiques. Les fermetures d’urgences qui ont lieu depuis plusieurs mois dans un grand nombre d’établissements en France font partie du projet gouvernemental.

Le Gouvernement provoque l’asphyxie des hôpitaux publics non lucratifs pour imposer sa stratégie. Moins de lits, moins de personnels, moins d’accès aux soins permettant de faire toujours plus d’économies mais entrainant une augmentation de la perte de chance pour les patients.

Alors dans ce communiqué que nous annonce-t-il ? D’abord un constat…

« Une activité estivale soutenue : on constate depuis une semaine environ 70 passages par jour de plus que la moyenne annuelle »

Ah bon la bonne blague et on attendait quoi pour commencer à s’inquiéter ? On aurait pu par exemple ne pas fermer l’UCSU surtout pour le rouvrir une semaine après !!!

– « Une reprise épidémique COVID 19 dont l’impact demeure à ce stade marginal sur les hospitalisations, mais qui engendre une recrudescence de l’absentéisme des personnels : le nombre d’arrêt maladie pour motif COVID a triplé entre le mois de juin et aujourd’hui »

Là encore… ça fait des jours que l’on sait que nous sommes dans la 7ème vague…. La COVID n’allait pas se détourner du personnel hospitalier pour n’impacter que le reste de la population !!!

« Une disponibilité des professionnels moins importante en cette période de congés, bien mérités, après des mois de travail intense. »

Des mois ? Des années plutôt de travail intense !!! Et oui les hospitaliers ont mérité leurs congés ça ne fait pas avancer le schmilblick tout ça !!!!

« La priorité du CHU est de rétablir une capacité en lits d’hospitalisation suffisante pour absorber l’aval des urgences. Par ailleurs en mesures RH : déplafonnement des heures supplémentaires dont la rémunération est doublée »

La CGT a demandé à la DRH la stricte application du décret à savoir le doublement des heures supplémentaires pour tous les grades et tous les services du 1er juin au 15 septembre (le déplafonnement qui permet de dépasser les 20 heures mensuelles ne concerne que quelques services).

– « La mise en œuvre de la solidarité territoriale s’appuyant à la fois sur les autres services d’urgence des établissements de santé niçois et sur leur capacité d’hospitalisation »

Un vœu pieu là aussi car à peu près tous les établissements du département sont confrontés aux mêmes problèmes que les nôtres…

Suite à la réunion de la cellule médico-chirurgicale et compte tenu de la situation de tension sur les urgences et les lits d’hospitalisation d’aval des urgences et de médecine, la direction doit rouvrir sans délai l’UCSPUG et l’UCSU en pleine capacité ainsi que maintenir toutes les activités du Pôle Urgence, par le redéploiement des IDE transversales comme les IPA, IDEC, IDE de programmation, IDE éducation thérapeutique de tous les Pôles cliniques et la fermeture des hôpitaux de Semaine de pneumo et de cardio.

La question que l’on peut se poser c’est pourquoi avoir pris la décision de fermer l’UCSU et l’UCSPUG si c’est pour les rouvrir la semaine d’après alors que de l’aveu même du DG la tension était déjà présente aux urgences. Cette situation entraine une désorganisation des plannings et la mobilité accrue des personnels.

De plus, affecter dans ces unités des IPA, des IDEC, des IDE de programmation ou d’éducation thérapeutique c’est mettre ces personnels dans l’insécurité dans des services qu’ils ne connaissent pas.

Toutes les années la CGT avec les salariés alertent la direction sur la situation tendue pendant la période estivale du fait que notre département triple sa population l’été, a un aéroport international sur son territoire, est situé dans une zone à risque climatique et sismique avec un risque important de passer dans les prochains jours en vigilance rouge canicule…

Toutes les années la même réponse : nous sommes prêts ! La preuve que non ! Toutes les années nous sommes confrontés aux mêmes problèmes !!! De plus depuis 2 ans se rajoute l’épidémie de la COVID…

Alors nous nous adressons à l’ensemble de la Gouvernance du CHU de Nice…
Si gouverner c’est prévoir, qu’attendez-vous pour écouter les salariés et la CGT
et prévoir avec eux les moyens humains à mettre en place ?

POUR LA CGT IL EST URGENT D’AGIR
Elle a d’ores et déjà demandé un CHSCT Extraordinaire
qui se tiendra le mercredi 21 juillet à 11h00.

LA CGT appelle le personnel à créer les conditions
pour réussir un grand rassemblement
Le 1er Août à 11h30 sur le parvis de Pasteur 2

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite
%d blogueurs aiment cette page :