> L’INFLATION EXPLOSE LES SALAIRES NE SUIVENT PAS …

Dès maintenant, il nous faut :

► les postes et les recrutements de personnel

► le rattrapage de la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires

► l’indexation du point d’indice sur l’inflation

Dans la fonction publique, comme pour tous les autres salariés et même encore davantage suite au gel du point d’indice depuis de si nombreuses années, nous sommes confrontés à une explosion des prix et à un effondrement de notre pouvoir d’achat partout, qui rend d’autant plus difficile de boucler nos fins de mois. C’est la raison pour laquelle la CGT revendique, plus que jamais, l’augmentation des salaires et notamment l’augmentation du point d’indice.

Les fonctionnaires ont perdu 22% de leur pouvoir d’achat depuis que le point d’indice a été gelé.
Au mois de mars, l’indice des prix à la consommation harmonisé en France était estimé à 5,1% sur un an. Et le président du MEDEF nous promet une inflation durable ! Nous exigeons donc :
► Le rattrapage immédiat de notre pouvoir d’achat par l’augmentation des salaires de 22%
► L’indexation immédiate du point d’indice sur l’inflation

Éclairage sur l’augmentation du SMIC au 1er mai et sur le décret 2022-586

Encore une fois, l’augmentation du SMIC, conduit à ce que les plus bas salaires de la fonction publique se retrouvent sous le SMIC. L’augmentation mécanique du SMIC au 1er mai, oblige le gouvernement à prendre des dispositions pour les fonctionnaires : le décret 2022-586 du 20 avril2022 effectuent un « rattrapage » purement règlementaire en faisant passer le minimum de traitement (indice majoré 343) à l’indice majoré 352 au 1er mai.


Par corrélation, tous les indices inférieurs à 352 sont augmentés également. Cela concerne :
⇒ Les 7 premiers échelons de la grille C1
⇒ Les 3 premiers échelons de la grille C2
⇒ Aucun de la C3
⇒ Les 2 premiers échelons pour les Assistants Médico-Administratifs (AMA) et les Adjoints des cadres (ACH), les techniciens hospitaliers et les animateurs
⇒ Les 5 premiers échelons pour les Moniteurs d’atelier (en cadre d’extinction)

EN CONCLUSION:

Les fonctionnaires en ont marre de faire les frais de cette politique !!! Dans un contexte où dans nos hôpitaux et dans l’ensemble de nos établissements, nos services sont étranglés, ça ne peut plus continuer comme ça !!!

Nous exigeons les embauches immédiates de personnels, le retour des personnels suspendus, l’arrêt des fermetures de lits et la revalorisation immédiate des salaires !!!

LA CGT PROPOSE :

Pour la CGT, le déroulement de carrière et la rémunération sont la pierre angulaire du développement professionnel du salarié. La qualification évolue tout au long de sa vie professionnelle (formation, acquisition d’expériences, de savoirs, polyvalence, poly compétence …) Sa rémunération doit correspondre au payement de cette qualification.

Pour chacun des grands niveaux de qualification, le salaire de base minimum garanti brut devrait être :

► Non diplômé : Smic – 2000 €
► BEP – CAP : 1,2 fois le Smic – 2400 €
► BAC (quel qu’il soit) : 1,4 fois le Smic – 2800 €
► BTS-DUT (BAC + 2) : 1,6 fois le Smic – 3200€
► Licence LMD / licence professionnelle (BAC + 3) : 1,8 fois le Smic – 3600 €
► Master (Bac + 5) : 2 fois le Smic – 4000 €
► Doctorat (Bac + 8) : 2, 3 le Smic – 4600 €

Concernant la reconnaissance des qualifications et la progression de carrière :

► Une grille de classifications avec des références au niveau de l’Éducation nationale et ses diplômes ;
► La garantie d’une progression minimale d’échelon ou de grade pour chaque salarié ;
► Le doublement au minimum du salaire de base de chaque salarié sur sa carrière ;
► Une hiérarchie maximum des salaires de 1 à 5 ;
► Une classification transposable d’une entreprise a une autre.

N’hésitez pas contacter nous ! Organisons-nous ! Défendons-nous !

Fraternellement

Stéphane GAUBERTI
Secrétaire général
CGT du CHU de NICE

gauberti.s@chu-nice.fr

Lire la suite
%d blogueurs aiment cette page :